L 'histoire 

Dalai Lama

En une matinée de novembre 2013, après une semaine de négociations et de concurrence rude, je file dans la brume du nord à la recherche de mon futur triporteur. Aussitôt ramené à bon port, j'entame le démontage en vue d'une rénovation de la partie cycle. Une histoire d'amour commence...

 

 

L'abeille

Le triporteur APE (signifiant Abeille en Italien) est née en 1948, quand les ingénieurs de chez PIAGGIO décidèrent de coupler une remorque à un chassis de Vespa, afin de créer un véhicule utilitaire pouvant se faufiler dans les ruelles étroites des villes italiennes.

Au fil des années et des évolutions techniques, l'APE se dota dans ses versions C et D d'une cabine fermée et proposa une cylindrée de 125, 150 et 175 cm3, avec une capacité de charge pouvant aller jusqu'a 500 kg.  Vendu en version plateau, fourgon ou "pentaro" pour le transport de charges volumineuses, il était très apprécié des artisans italiens, pour sa polyvalence et sa robustesse. Il se déclinait aussi en une version calèche "calessino", pour le transport de personnes, version dont les moules de pièces servirent de base au Rickshaw "tuk-tuk" toujours fabriqué en Inde.

 

 

Mon triporteur AD1

Mon triporteur est un APE AD1 de 1969, d'origine italienne. C'est l'un des derniers modèles disposant du moteur sous le siège et avec une cabine arrondie, au style des années 60. Le liseret rouge sur son tablier témoigne de son passé de véhicule utilitaire commercial, probablement dans la ville de Gênes, où était la concession d'où il provenait.

 

 

 

Coté mécanique

Ce modèle est entrainé par un moteur 2 temps de 175 cm3, à admission rotative, refroidi par air forcé, pouvant atteindre jusqu'a 60 km/h. Il dispose d'un différentiel et d'un inverseur de boite pour les marches arrières. La distribution aux roues se fait par chaine dans les bras de suspension en aluminium.

 

La conception mécanique est très proche des moteurs de vespa, et emprunte beaucoup de pièces des modèles de la même période. 

 

 

 

La restauration

De par sa rareté et son âge, certaines pièces ne sont plus fabriquées. Bien que le moteur emprunte beaucoup de pièces des moteurs Vespa, certaines pièces demeurent introuvables. C'est alors que commence la grande quête de pièces neuves d'époque. Des après-midis à parcourir les éclatés techniques, à la recherche des références PIAGGIO, pour les retrouver par hasard sur un site italien, allemand ou français.

 

Au programme, restauration de tous les organes du triporteur, avec en prime réfection de pièces de rechange d'avance.

 

Suivez toutes les étapes de la restauration et les améliorations apportées pour ce voyage sur le carnet de route:

 

 

Un énorme remerciement à la communauté du site "mondoape" pour le partage des eclatés et notices techniques, si précieux dans cette restauration et du travail de recherche d'archives publicitaires et photographiques qui illustrent ce site.